Actualités

Le Timor oriental est un petit pays assez méconnu d’Asie du Sud-Est. L’île de Timor est partagée entre le Timor occidental, principauté indonésienne, et le Timor oriental, pays indépendant depuis 2002. Il est aussi appelé Timor-Leste par certain.

Ancienne colonie portugaise, elle est devenue territoire indonésien en 1975 pour n’être reconnue comme pays indépendant qu’en 2002 à la suite d’un référendum d’autodétermination de l’ONU.

 Timor Oriental Carte











Le café est l’un des principaux produits d’exportation du pays.
Le café fut introduit dans cette région du Monde vers 1690 par le Gouverneur-Général Hollandais Van Hoorne (à ne pas confondre avec notre torréfacteur préféré Van Hoos & Sons !) à Batavia (ville plus connue sous le nom de … Jakarta).
Dans les années qui suivent, la culture caféière se développe de Java pour atteindre la côte occidentale de Sumatra, en pays Minangkabau, et dans le nord des Célèbes, en pays Minahasa, dans le cadre du cultuurstelsel (système de culture obligatoire)  imposé par le Gouverneur J. Van den Bosch.
Les différentes guerres du XIXe siècle qui ont sévi dans la région - guerres de l’opium (1840-1942 ; 1856-1860) et la guerre des Taiping (1851-1864) – prive le Timor de son commerce principal du bois de santal. La caféiculture prend ainsi le relais sur l’île pour devenir le coeur du Timor.



Dans la partie orientale du Timor, l’essor de la caféiculture est à la fois très progressif et très tardif. Si les premiers plants de cafés apparaissent vers 1815 sous l’impulsion du Gouverneur José Pinto Alcoforado,  on pourrait plutôt considérer 1861 comme année clé. Alfred Russel Wallace, naturaliste, anthropologue et botaniste britannique – codécouvreur de la Théorie de l’évolution par sélection naturelle avec Charles Darwin –  dira lors de sa visite sur l’île :
« De mille à deux mille mètres d’altitude, le café se plairait; et il existe des centaines de milles carrés où il serait possible de développer des productions dont les exigences climatiques sont comprises entre celles du café et du blé, mais aucune tentative pour construire la moindre route ou planter le moindre acre n’a encore été effectuée. »
Il précise cependant la grande qualité de la petite production caféière déjà existante : « La petite quantité de café actuellement en culture est de très grande qualité et pourrait, dans une certaine mesure, augmenter ».
C’est à partir des années 1860 que la culture caféière commence à s’étendre. Le nouveau Gouverneur Affonso de Castro, instauré en 1858 rend obligatoire la culture d’un minimum de plants de caféiers dans chaque chefferie (micro-Etats indigènes)

« Le Gouverneur a la conviction intime que les Timoriens ne travailleront que par la force ; il a donc fondé son système sur la contrainte, en adoptant le plan suivant : parmi les royaumes, obéissant à l’autorité Portugaise, il a choisi ceux qui lui semblaient les plus propres à la culture du café, et il a envoyé aux rois de ces états l’ordre de préparer, chacun dans son domaine, une grande étendue de terrain, pour en faire une plantation de cafétiers; ces rois seront obligés de rendre ces terrains au gouvernement à des prix déterminés. »
Le café devient rapidement  le premier poste d’exportation de la colonie en valeur. De 10 tonnes exportées en 1858, on passe à 148 tonnes en 1865 !

Le paysage caféicole actuel se dessine au tournant du siècle sous l’impulsion vigoureuse des autorités coloniales, mais aussi, et de manière paradoxale, sur fond de calamité agricole.
L’essor de cette économie caféicole ne se fit pas sans accrochage: en 1868-1869, les chefferies de Cova et de Cotobada se soulèvent contre le pouvoir colonial qui développe l’économie de plantation sur les meilleures terres au détriment des cultures vivrières.

A la suite d’épidémies de rouilles et de champignons attaquant les plants de cafés,  un hybride de type arabusta est créé en 1917: l’Hybrida da Timor. Aujourd’hui, cet Hybride de Timor, cultivé au-dessus de 700 m, est plus communément appelé arabica. Il représente 80 % du café de Timor-Oriental.

Cafés du Timor Oriental
















La fin de la colonisation portugaise, l’arrivée indonésienne
Un programme de développement de la culture du café est lancé en En 1950 par le gouvernement portugais. La Brigada de Timor, une équipe de recherche, rattachée à la Missão de Estudos Agronómicos do Ultramar (Mission pour la Recherche Agronomique Outre-Mer) basée à Lisbonne, est constituée pour réaliser diverses enquêtes et élaborer de nouveaux systèmes de culture. C’est à cette époque que le travail forcé est aboli. 20 % des exportations sont dorénavant assurés par des planteurs portugais ou métis et 25 % par la SAPT.

L’invasion indonésienne de 1975 modifie la géographie caféière.  De nouvelles régions sont cultivées et les structures de la production sont bouleversées. Les conglomérats indonésiens, notamment PT Batara Indra Grup prennent le contrôle de l’économie du Timor-Oriental.
Les généraux indonésiens prennent ainsi le contrôle des terres à travers des filiales de PT Batara Indra Grup, et instaurent un monopole des transactions aux petits planteurs villageois.

 

L’importance paradoxale de l’économie caféière
Le Timor Oriental doit beaucoup à l’économie du café depuis la fin du XIXe siècle. Plus de la moitié des exportations du pays sont liées au café. De plus, la culture caféière fait vivre les habitants, elle occupe à peu près 40 000 familles. Il faut aussi ajouter à cela tous les emplois générés par les activités de transport, de traitement, de conditionnement et de commercialisation.
On ne connaît pas avec exactitude les chiffres de production actuels, mais on estime une production annuelle de 10 000 tonnes de café vert.

 Cafés du Timor Oriental
















La Cooperativa Café Timor  (CCT) a été fondée en 2000 dans le cadre du Timor Economic Rehabilitation and Development Project (TERADP), par un organisme américain, la NCBA (National Cooperative Business Association), grâce à un financement de l’US-AID. Elle fait suite à la PUSKUD, une coopérative également fondée en partenariat avec la NCBA en 1995, à l’époque de l’occupation indonésienne, ayant pour  objectif le développement des cafés « organiques », cultivés selon des techniques traditionnelles, sans recours ni aux pesticides, ni aux engrais minéraux.
Depuis l’indépendance du pays en 2002, la CCT est la seule entreprise à traiter les cerises par voie humide.
Elle joue également un rôle social très important. Elle a créé des productions caféières « pilotes » dans différentes régions pour tester de nouvelles méthodes de production et améliorer la qualité du café timorais. De plus, elle a ouvert plusieurs dispensaires dans tout le pays, en plus des dispensaires mobiles. L’éducation est aussi un aspect important pour la CCT avec l’ouverture d’une école à Dili, la capitale du pays.

 

Une économie de cueillette
La production de café du Timor Oriental est aujourd’hui entièrement assurée par des petits producteurs indépendants. Les grandes plantations de l’époque coloniale ont totalement disparues.
Les plants d’arabica n’apparaissent à Timor qu’à partir de 850-900 m. les caféiers poussent à l’ombre de grands arbres de couverture.
Les plantations sont réparties en petites productions, à 48% inférieures à 2 hectares. Cette économie de cueillette explique le passage par des coopératives pour pouvoir se procurer du café.

  café du Timor Oriental







L'île est la plus orientale de l'Asie du Sud-Est maritime et relativement peu connue dans le monde du Speciaty Coffee. Mais cela devrait rapidement changer !

 

Nous avons pu nous procurer du café issu de la coopérative de Letefoho, et nous sommes surpris de ses arômes si délicats de miel, de litchi et de sa rondeur en bouche.

Un café à essayer!

 


Source : les cahiers d’outre mer, 2006, n°233, Presses universitaires de Bordeaux

Vous ne le saviez peut-être pas mais il existe bel et bien des championnats de France de café !


 



Les spécialistes du café se sont rencontrés durant 3 jours pour des épreuves spécifiques en 5 catégories.
Il existe plusieurs métiers autour de ce noble produit, et ces championnats permettent de les découvrir et expliquer toute la chaine d’excellence qui suit le café.  Les corps de métier dans le secteur du café sont ici mis en avant et récompensés.
N’oublions pas que le grain de café est un produit semi-fini ; même si le café en grain choisi est exceptionnel, si sa préparation finale est ratée, le café en tasse ne sera qu’un jus de chaussette.

Afin de montrer toutes les étapes clés autour du café, des championnats sont organisés sur la transformation et préparation du café.


Cinq championnats ont ainsi été organisés par la SCAE France (Specialty Coffee Association of Europe) lors de la Success Food à Villepinte en mars.

    Le Championnat de Barista met en situation un bar à café où le barista doit en 15 minutes servir 3 boissons différentes à base de café aux juges sensoriels.
Les trois boissons sont :
deux Espressos : un bel espresso de 20-30 ml avec une crème « tigrée », une extraction et un goût parfait.
deux Cappuccinos : Le cappuccino est une boisson à base de café avec du lait et de la crème de lait. Le lait doit être travaillé avec soin pour obtenir une belle crème à la texture soyeuse et veloutée. Le latte art n’est pas une obligation mais considéré comme un plus non négligeable que tous les baristi doivent maitriser.
Une Boisson Signature : ce cocktail sans alcool doit être une création du barista à base de café. Originalité et saveur sont de rigueur !

 

    Le latte Art consiste à maitriser le lait dans les boissons à base de café. Il est principalement connu pour les cappuccinos aux motifs plus magnifiques les uns que les autres (voir photo).
Ce concours est composé d’une épreuve sur scène où le candidat doit présenter 2 macchiato, 2 latte et 2 cappuccinos à motif design. Les deux tasses doivent toujours être identiques pour ainsi pouvoir juger de la régularité du travail du barista.
Cette compétition prend en considération l’aspect et la texture de la mousse de lait, le niveau de créativité et de difficulté, l’homogénéité dans le travail entre les deux tasses, le niveau de contraste et de symétrie ainsi que la performance globale du barista. Le Latte Art est un spectacle qui permet l’expression de l’imagination et technique des baristi .

  Championnat café latte Art




  Réalisation d'un latte art par RudyDupuis, Champion de France Latte Art 2013.

 

 

    Le championnat de café Brewing (comprendre café à infusion) est une première en France. Le barista doit, à travers divers types de préparation (filtre, dépression, piston, aeropress), sublimer le café. Le café sélectionné doit donc, à travers l’extraction choisie, révéler tous ses arômes. Un vrai jeu d’alchimiste.
Durant la première épreuve, tous les candidats ont le même café qu’ils doivent donc préparer selon la méthode de leur choix. La seconde épreuve permet aux candidats de préparer leur propre café sélectionné. Ils doivent expliquer à chaque étape de leur préparation, le choix de leur café, la torréfaction et les qualités organoleptiques que doivent trouver les juges sensoriels.

J’ai un faible pour cette épreuve que je trouve magique. Tout doit être maitrisé, de la variété du café à sa torréfaction pour trouver le type d’extraction qui lui conviendra le plus, et la manière la plus adaptée pour le préparer.
On a l’impression de voir un  alchimiste-sommelier nous présenter un grand cru qu’il aurait lui-même produit. Après tout, c’est bien le cas, c’est un sommelier du café maitrisant la transformation du produit.


     Le concours de dégustation, plus communément appelé Cup Tasting, est un véritable défi sensoriel pour les candidats qui doivent identifier l'intru dans chacun des 8 triangles constitués de trois tasses. Pour réussir, les candidats doivent avoir une mémoire gustative et rester concentrés pour analyser les saveurs et arômes afin d’en déceler les différences.

 

  Cup Tasting SCAE France





 

 




   Parlons maintenant de l’épreuve qui aura fait le plus d’étincelles durant ce salon : le Championnat de Barista Coffee & Good Spirit.
Victor Delpierre, l’ancien Champion de France 2013 dans cette discipline a mis la barre très haute pour la fédération française puisque il est aussi le champion du MONDE en Coffee & Good Spirit 2013!
L’épreuve mélange mixologie et art du café. Le barista-barman doit présenter deux créations de cocktails alcoolisés à base de café en deux exemplaires. L’un doit être chaud, l’autre froid, mais les deux doivent contenir de l’alcool, dont le Grand Marnier Rouge, sponsor de l’événement.

  Notre torréfacteur préféré, Van Hoos & Sons a été représenté par le barman-barista Nir Chouchana, ancien champion de France Barman, et passionné de café. Vous pourrez trouver son interview ici !
Avec un show exceptionnel, il a présenté deux cocktails autour de la Bonne Aventure. Le premier, froid, était un Négroni revisité, le "La bonne aventure" servi sur deux glaçons en forme de boule de cristal. Il a ensuite enflammé le public (et le jury) avec son cocktail chaud Earth Wind & Fire, flambé sur un tourne-disque en marche, sur l'air de ... Earth Wind & Fire bien évidemment! Autant vous dire que "Let's Groove" nous a tous fait groover!!
C’est grâce à cette performance que Nir fut donc titré Barista Champion de France Coffee & Good Spirit 2014 ! Retrouvez l’interview de Nir Chouchana ici.

 

  Championnat Café Nir Chouchana

 

  Championnat de France Coffee & Good Spirit 2014







 

 


Chaque présentation des baristi comprenait une description du produit, de son origine, sa production et torréfaction pour justifier son choix d'utilisation

Créativité, expertise et show ont été les maîtres mots de ces championnats qui a réussi a réunir plus de 70 participants sur 5 épreuves. Durant ces 3 jours, le café fut mis en avant, et les baristi ont été les fers de lance du café de qualité.

Les résultats de ces 5 championnats sont:

Championnat de France Barista 2014:
1er:Luca CASADEI (Champion de France Barista 2013)
2nd:Kevin AYERS
3ème:Charlotte MALAVAL

Championnat de France Latte Art 2014:
1er:Magdalena BRODZINSKA
2nd:Anthony CALVEZ (Champion de France Barista 2008 et 2010)
3ème:Mati TOUIS

Championnat de France Brewing 2014:
1er:Dinh PHONG
2nd:Sébastien RACINEUX
3ème:Chung-Leng TRAN

Championnat de France Cup Tasting 2014:
1er:Sébastien MAURER
2nd:Sadri ADIBI
3ème:François CANIVET

Championnat de France Coffee & Good Spirit:
1er: Nir Chouchana
2nd:Roberto CUCCURULLO
3ème:Laurent BARON


Championnat de café 2014 SCAE

 



Les Champions de France Latte Art, Coffee & Good Spirit, Cup Tasting iront donc en Australie, à Melbourne pour défendre les couleurs de la France durant la Melbourne International Coffee Expo du 15 au 18 mai 2014.
Quand aux Champions de France Barista et Brewing, ils iront en pélerinnage en Italie, terre de café, pour la World of Coffee 2014 à Rimini du 9 au 12 juin.

Plus d'informations sur ces championnats du Monde sont à venir sur le blog.

Il s'agit là d'un café primé que nous avons minutieusement sélectionné avec le torréfacteur Van Hoos & Sons. Ce café brésilien n'est pas ordinaire; c'est un Cup of Excellence du Brésil récolte 2013.

Histoire de la famille Campos
Durant la fin du XIXe siècle, le Brésil vivait une vraie révolution. La Monarchie était branlante et le passage à la République était proche (15 novembre 1889). L’abolition de l’esclavage fut déclarée le 13 mai 1888. La seule constante de ce pays fut sa production agricole.
C’est durant cette période que la famille Campos commença la production de café dans la région de Minas Gerais, et plus précisément dans le hameau de São Francisco de Paula. Les cafés de cette région commençaient déjà à l’époque à être reconnus à l’international pour leur qualité.

Mário Campos producteur de café  local, a fait avancer de façon significative les normes de qualité de l’époque, alors que ses confrères usaient encore de l’esclavage.

Cette ferme se transmet de génération et la passion du café de qualité ne s’est jamais perdue. Après avoir terminé ses études en génie civil, Eduardo Campos, la 3ème génération de la famille, a fondé avec son frère la société Emccamp Residencial mais le café n’était jamais loin. Il héritera par la suite de la ferme familiale baptisée "Dona Nenem" en hommage à sa mère.

 

Fazenda Dona Nenem

 


Avec une superficie totale de 600 hectares, la ferme São João Grande possède 375 hectares consacrés au café. Dona Nenem , avec 800 hectares , compte 230 hectares dédiés à la production de café. La ferme est également forte dans l'élevage du bétail. Boa Sorte est une autre propriété sur laquelle 2500 bovins de boucherie sont élevés.

L'environnement est la priorité numéro une de la plantation, et dans ce cadre, Campos replante une bonne partie de la végétation indigène de la région, pour diminuer l'impact environnemental causé par les troupeaux bovins et par le café.

Le strict suivi des lois environnementales, ajouté à de bonnes pratiques de production agricole, une gestion et un soin apporté à l’aspect social permettent de garantir des certifications internationales aux trois fermes de la famille.

Les plantations Boa Sorte, Dona Neném et São João Grande sont certifiées par UTZ Certified* et Rainforest Alliance.

Une des étapes importante pour le maintien des certifications est la période de récolte. Campos explique comment il est capable d'effectuer une récolte sélective, à la recherche d’une haute qualité des fruits. " La récolte est faite par des machines qui effectuent une récolte sélective. Le choix est à faire en fonction du degré de maturation des grains, qui est différenciée par le poids et la densité de chaque fruit. Ainsi, seulement les fruits les plus mûrs sont ramassés, laissant les autres fruits atteindre leur stade de maturation sur l’arbre. Quelques jours plus tard, une deuxième récolte a lieu, et la troisième récolte se fait manuellement, communément appelé « re-pass ». Il s’agit d’étapes nécessaires pour une sélection qualitative de nos grains.
Un autre point d'attention est donné au renouvellement des plants de café. Les caféiers sont renouvelés pour garantir la solidité des fruits. " Nous avons un programme de renouvellement, et chaque année, je renouvelons 10 % de mes cultures. Le Cerrado est une région qui a beaucoup de variations, c’est un endroit avec des températures moyennes plus élevées que dans les autres régions comme, par exemple, le sud de Minas Gerais, et de ce fait, certains agriculteurs, comme nous ont choisi de renouveler les cultures tous les 10 à 12 ans ». Après une dizaine d'années, le rendement de l'arbre commence à décliner et le renouvellement garantit une jeune récolte avec plus de fruits de qualité supérieure.

 

La production d’Eduardo Campos a maintes fois figuré dans des compétitions importantes du pays pour élire les meilleurs cafés. Il a atteint la troisième place du 13ème concours Illy, puis vainqueur de la 4ème Compétition des cafés certifiés Rainforest Alliance du Brésil.

Ces cafés ont aussi été finalistes du concours de qualité du café Minas Gerais en 2010 , 2011 et 2012, et grand gagnant du Festival des cafés du Cerrado qui s'est tenue à Tokyo, au Japon en 2011 et 2012 .
Ils ont de plus été finalistes durant les compétitions de la Brazil Specialty Coffee Association (BSCA) en 2001 2002 et 2003, et plus récemment en 2013.

La Cup Of Excellence 2013 a reconnu ce café comme exceptionnel en faisant parti du top 10 brésilien.

 «J’aime travailler avec le café. D'abord, parce que c'est une tradition familiale. Je suis dans le café depuis plus de 40 ans. Mon père avant mois a travaillé pendant 70 ans, et mon grand-père, disons, pas mal de temps ... Nous pouvons dire que le café fait partie de la famille depuis 100 ans. C'est plus d'un siècle de tradition dans la culture du café, et ceci sans s’arrêter d’innover ».

Cette qualité est appréciée des connaisseurs de café sur. Les 70 000 sacs produits dans les trois dernières années ont atteint des millions de consommateurs en Italie, Japon dans de nombreux autres pays. Il est certain que beaucoup d'autres vont goûter à la joie qui est la "cerise" planté et bien entretenu sur les terres de Campos , cette saveur particulière de la qualité , qui a été échantillonné depuis le 19ème siècle .

 

 

Fazenda Dona Nenem 

 

 

Le café que nous vous proposons n'est toutefois pas quelque chose d'ordinaire. En très faible quantité, il a été primé Cup Of Excellence 2013 du Brésil. C'est un café d'exception que nous avons sélectionné pour vous.

 

Ce micro- lot est composé de Yellow Bourbon récolté de façon sélective en utilisant des machines qui mesurent le poids et la densité de chaque cerise. Afin d’assurer une sélection des grains les plus mûrs au cours de la récolte, Eduardo fait au moins trois récoltes par saison. Ce lot a subit un dépulpage naturel et un séchage contrôlé.

Vous pouvez vous procurer ce café d'exception en suivant ce lien.

 

Fazenda Dona Nenem mon-cafe.fr

 



Description : Floral et mielleux, acidité d’agrumes avec une douceur de canne à sucre. Corps crémeux avec des notes de vanille, de chocolat et de pêche.
 

 

 

 

 

Mais qu'est ce que le Cup Of Excellence?

Le Cup of Excellence est une compétition qui a lieu dans plusieurs pays producteurs pour élire les meilleurs cafés du pays.

L'Alliance for coffee excellence, une association caritative américaine, travaille en partenariat avec les organisations caféières des différents pays producteurs d'Amérique et d'Afrique pour créer cette compétition et vente aux enchères.

Elle définit le Cup of Excellence comme : " la plus prestigieuse distinction accordée à un café de qualité. Le niveau de contrôle que les cafés Cup of Excellence subissent est inégalée dans l'industrie du café. Tous les gagnants de la  Cup of Excellence sont analysés par un jury international de professionnels du café au moins 5 fois lors d'une compétition de 3 semaines. Au cours de ce processus de sélection, des milliers de tasses sont évalués, dégustés et notés en fonction de leurs caractéristiques uniques. Le jury comprend des professionnels internationaux qualifiés.Les prix affichés durant les ventes aux enchères pour ces cafés primés prouvent qu'il existe une énorme demande pour ces cafés rares de producteurs."


 Cup of excellence 2013 Brésil

 

 

 

 

*Utz Certified est un programme de certification internationale pour la production et la livraison de café responsable. Utz Certified, garantit une qualité sociale et environnementale de la production de café.  

 

 

Jeudi 27 mars a eu lieu la journée du café organisée par le Comité Français du Café. L'objectif de cette journée est de promouvoir les torréfacteurs traditionnels et le café de qualité. Cet événement national a été une vraie réussite. En effet, les passionnés et néophytes se sont tous réunis autour d’un café et de leurs torréfacteurs locaux. Van Hoos & Sons avait un programme bien rempli pour cette journée.

Durant la matinée, ce processus magique qu'est la torréfaction du café vert a été présenté aux clients curieux de découvrir plus de 10 variétés différentes pendant près de 3 heures.

 

jducafe-01jducafe-02













 


L’après-midi fut enrichie par la venue d’intervenants de qualité.
Pour représenter Mercanta, négociant en café Specialty, Raphaël Prime, le fameux Coffee Hunter présenta dans un premier temps les différents pays producteurs avant de nous raconter son voyage de deux ans au Brésil.

De son côté, le Nez du Café organisa une cession découverte des 36 principaux arômes présents dans le café.
 Regroupés en différentes familles ( floral, grillé, fruité…) (coffret Révélation), il fallait deviner les arômes ou au moins la famille à laquelle ceux-ci appartenaient.

 

jducafe-05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une dégustation à la brésilienne a été introduite par Raphaël Prime. Il nous a montré comment analyser un café, et ainsi découvrir tous les arômes cachés dans ce dernier. (Rappel des fondamentaux du goût)
Pour compléter la dégustation, des chemex des cafés dégustés furent préparés pour montrer la différence de goût que l’on peut avoir selon les types d’extraction.
Cette animation conjuguant le nez et le goût a permis aux participants de découvrir tous les aspects gustatifs du produit.

 

jducafe-04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Nir Chouchana, notre Barista champion de France Coffee & Good Spirit nous a fait découvrir son cocktail Heart Wind & Fire, cocktail qui a fait beaucoup de bruits durant le Championnat de France de café en mars 2014.
La Presse était même de la partie pour préparer un reportage sur le marché du café en pleine évolution.

 

 jducafe-03jducafe-09

 














Pendant ce temps au Printemps Hausmann...

 

 jducafe-08

 

 

 

 

 


Le corner Jura met en avant l'art de la torréfaction Van Hoos & Son en utilisant trois cafés d'exception.

Un voyage en Italie se doit de compter une visite culturelle, un bon restaurant et ... un bon café italien!
Le café dégusté sur une petite place devant de superbes bâtiments historiques italiens est un plaisir dont nul ne devrait échapper. La dolce vita pourrait se résumer à ce doux moment.

On aimerait que cet instant dure toujours. Malheureusement le quotidien reprend le dessus.

Mariasole Sicile

 


Alors quand il est possible de faire une pause pour se rappeler de ces moments, on n'hésite pas! Le café est un moyen simple de vous faire voyager et rappeler les meilleurs souvenirs.


Beaucoup de nos clients nous  demandent "un café italien intense et sans amertume" qu'ils auraient dégusté durant leurs vacances.
Les cafés italiens sont une référence pour beaucoup de clients, et à juste titre pour l'espresso, inventé en Italie par les machines Bezzera.


Nous avons décidé d'élargir notre gamme de cafés italiens proposés avec la marque MariaSole.



MariaSole est une torréfaction familiale basée en Sicile torréfiant de manière unique son café.

Les cafés sont en provenance du Brésil, de Bolivie, du Guatemala de Sumatra et d'Ethiopie. Chaque café est cependant torréfié séparément afin de respecter les caractéristiques de chaque variété.
La torréfaction est lente (jusqu'à 30 minutes) à feu ouvert de bois d'olivier. De cette façon, les arômes prennent le temps de se développer.

Mariasole torréfaction


Les cafés MariaSole, issus d'un travail manuel et traditionnel, ont une signature aromatique unique.
Ces cafés de grandes qualité contiennent moins de caféine que la plupart des produits concurrents. Faible en amertume et en tanin, il laisse place à une belle crème onctueuse.


Le produit MilleSoli subit une torréfaction spéciale, unique à MariaSole: le TRIROAST. Cette méthode procure au café des arômes uniques à celle-ci.
Comme son nom l'indique, la torréfaction TRIROAST se fait en 3 étapes.
Dans un premier temps, les grains de café vert sont grillés pendant 5 minutes pour un séchage du grain et lui donner une belle couleur ambrée.
Suite à une douche d'air frais à 12°C pendant 3 minutes, une deuxième torréfaction à 205°C  se fait pour pour arriver à la couleur noisette.
Une deuxième phase de refroidissement par air frais se fait avant la dernière torréfaction qui poussera la cuisson plus foncée.

Cette torréfaction TRIROAST permettrait moins d'acidité et d'amertume dans le café, le rendant plus digeste.



Voyons maintenant ce que valent ces cafés:
Les 3 références de MariaSole sont sous sac valvé sous atmosphère neutre pour en préserver la fraicheur.

Le design est très travaillé chez MariaSole, et les packagings colorés ne laissent pas indifférents. Le vert pomme fait référence à la nature et s'associe à la gamme bio Linea Verde.
Le jaune soleil, symbole de chaleur est utilisé pour la gamme Classic. Quant au MilleSoli, sa couleur argent aux motifs fleuris renvoie aux champs de fleurs de Sicile.



Nous les avons testé en espresso sur notre machine Bezzera Galatea 2 Groupes pour une dose de 7grammes/café en 20 ml pour 25 secondes.

Mariasole Espresso

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 MariaSole Classic 1kg

 

Le MariaSole Espresso Classic est un mélange 80% arabica / 20% robusta.

Il a une une belle crème et un arôme de chocolat noir boisé. Rond en bouche, il laisse découvrir un gout de noisette et de caramel salé.

 

 

 

 

 


MariaSole LineaVerde 1kg

 


Le MariaSole Linea Verde, comprend 90% arabica et 10% robusta. Ce café biologique dispose de la certification européenne Ecocert pour garantir sa transformation biologique.
Sa torréfaction un peu plus foncé que le Classic est dû aux variétés, plus difficiles à manipuler. Aux arômes de noisettes et de chocolats, il laisse place à un gout d'amandes grillées avec une pointe d'acidité pour un équilibre en bouche.

 

 

 

 


MariaSole MilleSoli 1kg

 



Le MariaSole MilleSoli Espresso est un blend 70% arabica / 30% robusta, typique des Italiens.
Fumé et puissant, il a une forte attaque en bouche mais reste très onctueux avec une belle crème dans la tasse. Le Triroast aux bois d'olivier ressort en tasse. Il est plutôt conseillé pour les amateurs de cafés italiens courts et forts.